Haut de page
Logo SelecDEPOL Logo de l'ADEME Logo du BRGM Outil interactif de pré-sélection des techniques de dépollution
Menu
Imprimer Version PDF
Recherche

Ventilation de la zone non saturée (venting)

Visuel de la fiche
Général

Terme anglais : venting

Mise en oeuvre : In situ

Nature : Méthode physique par évacuation de la pollution

Polluants traités :

  • TPH léger
  • SCOV
  • SCOHV
  • COV
  • COHV

Matrice :

  • Sol

Domaine d'application :

  • ZNS
Contenu

Figure 2 - Schéma de principe de l’air vacuum.

 

Figure 3 - Schéma de principe du venting passif.

 

Différentes variantes au venting sont disponibles sur le marché :

  • l’air vacuum (Soil Vapor Extraction - SVE) : la zone non saturée est simplement mise en dépression via des puits d’extraction (sans injection d’air). Dans ce cas, la création de la dépression entraîne les phases gazeuses.

Le bioventing : l’injection d’air (ou d’autres gaz) lors du venting, associés à l’ajout de nutriments, permet d’enclencher une biodégradation des polluants, ce qui permet d’augmenter la performance de dépollution de la zone non saturée tout en diminuant

  • les quantités de polluants gazeux à traiter.
  • l’extraction double phase (dual phase extraction, slurping ou multi-phase extraction) : une dépression importante est appliquée dans la zone non saturée juste au-dessus du toit de la nappe, ce qui a pour but d’extraire les gaz des sols, le surnageant (cas des produits flottants) et la phase dissoute. Dans ce cas, le système de traitement en aval des puits d’extraction doit tenir compte de la séparation et du traitement des liquides (phase dissoute et surnageant) et des gaz. Cette technique ne peut être employée que dans le cas d’une nappe peu profonde.
  • le venting passif (passive venting) : le venting est réalisé sans injection d’air et sans mise en dépression. Le transfert de gaz se fait par différence de pression (notamment lors des remontées de nappe) (Card, 1996).
  • l’extraction sous vide avec injection thermique (SVE with thermal enhancement, in situ heating) : de la vapeur ou de l’air chaud est injecté via les puits d’injection permettant ainsi d’augmenter la volatilisation et l’extraction des contaminants, notamment les polluants semi-volatils.

Si le sol à traiter ne présente pas une perméabilité à l'air suffisante pour l'extraction, on peut recourir à la fracturation pneumatique pour accroître le flux d'air et ainsi accélérer l'extraction.

Révision de la fiche

22/12/2013
Pied de page
Haut de page