Haut de page
Logo SelecDEPOL Logo de l'ADEME Logo du BRGM Outil interactif de pré-sélection des techniques de dépollution
Menu
Imprimer Version PDF
Recherche

Ventilation de la zone non saturée (venting)

Visuel de la fiche
Général

Terme anglais : venting

Mise en oeuvre : In situ

Nature : Méthode physique par évacuation de la pollution

Polluants traités :

  • TPH léger
  • SCOV
  • SCOHV
  • COV
  • COHV

Matrice :

  • Sol

Domaine d'application :

  • ZNS
Contenu

Tableau 1 - Domaine d'application du venting en fonction de l’état physique de la pollution.

 

L'extraction des vapeurs ne peut être utilisée que pour le traitement de la zone vadose lorsque celle-ci se compose de matériaux relativement perméables (sols sablo-limoneux à graveleux) et lorsque les contaminants sont volatils (et dans une moindre mesure semi-volatils).

Le facteur limitant le plus contraignant pour l'utilisation de ce procédé est la tension de vapeur. Un composé ayant une tension de vapeur inférieure à 0,5 mm Hg (67 Pa) (à 20 °C) ne sera pas remobilisable dans les conditions normales d’utilisation du venting. De plus, la valeur limite de la constante de Henry pour une volatilisation significative est de 0,01 Pa.m3/mol (à 20 °C).

Le venting est très utilisé pour la réhabilitation de sites pétroliers ou pétrochimiques présentant des pollutions de types hydrocarbures pétroliers légers ainsi que pour des pollutions liées aux composés halogénés volatils et aux composés non-halogénés volatils. Cette technique est, dans certaines conditions, potentiellement applicable sur certains composés halogénés semi-volatils et certains composés non-halogénés semi-volatils.

Dans la zone non saturée, le traitement par extraction sous pression réduite ne s’adresse qu'aux polluants en équilibre entre la phase solide et la phase gazeuse et éventuellement la phase dissoute. Une phase liquide non aqueuse peut également être concernée par ce traitement si elle est uniquement constituée de composés organiques volatils.

Une pollution constituée par la partie d’une phase organique libre retenue par le sol lors de sa migration en profondeur, peut être aussi à l’origine d’une saturation des pores. La présence d’une telle phase peut limiter très fortement l’efficacité du traitement en diminuant la perméabilité de la zone, l’air aura tendance à contourner cette zone.

Révision de la fiche

22/12/2013
Pied de page
Haut de page