Haut de page
Logo SelecDEPOL Logo de l'ADEME Logo du BRGM Outil interactif de pré-sélection des techniques de dépollution
Menu
Imprimer Version PDF
Recherche

Biotertre

Visuel de la fiche
Général

Terme anglais : biopile

Mise en oeuvre : Sur site ou hors site

Nature : Méthode biologique

Polluants traités :

  • TPH lourd
  • TPH léger
  • SCOV
  • SCOHV
  • Explosifs et composés pyrotechniques
  • COV
  • HAP
  • Pesticides/Herbicides
  • PCB
  • COHV

Matrice :

  • Sol

Domaine d'application :

  • ZNS
  • ZS
Contenu

Le traitement par biotertre présente les avantages suivants :

  • technique éprouvée ayant démontré une grande fiabilité et des résultats extrêmement significatifs,
  • procédé destructif,
  • technique fortement utilisée pour les sols hétérogènes et facilement biodégradables,
  • technique permettant un meilleur contrôle des paramètres intervenant dans le processus de biodégradation que les traitements biologiques in situ (et donc de meilleurs rendements épuratoires),
  • technique permettant un excellent contrôle microbien (oxygénation du milieu, humidité, concentration des nutriments, température, densité de la population microbienne en place...),
  • compétitivité en termes de coût et de performance,
  • fiabilité,
  • applicabilité à de nombreux polluants,
  • la surface au sol est moins importante que celle nécessaire au compostage et au landfarming,
  • amélioration des qualités physiques des sols (taux de matière organique notamment).

 

Ses inconvénients et ses facteurs limitants sont les suivants :

  •  technique nécessitant l’excavation des sols,
  •  l’hétérogénéité des sols peut interférer sur l’homogénéité de la distribution de la circulation d’air et donc sur l’efficacité du traitement,
  •  le pourcentage de particules fines contenues dans le sol est un facteur limitant,
  •  les sols contenant de l’argile et un taux de matière organique élevé engendrent une grande adsorption des polluants sur la matrice solide, ce qui diminue les rendements épuratoires,
  •  le système nécessite souvent un tri au préalable ; les granulométries supérieures à 60 mm sont souvent exclues du procédé,
  •  le devenir des sols excavés doit être examiné avec attention (une fois excavés, les sols pollués sont considérés comme des déchets),
  •  la nature du contaminant (biodégradable) et les teneurs en polluants doivent être considérées avec attention,
  •  les biopiles statiques (sans retournement) peuvent aboutir à des résultats moins homogènes que ceux obtenus avec un retournement ou un mélange,
  •  taux d’humidité à maintenir autour de 40 à 60% de la capacité de rétention,
  •  le ratio carbone/azote/phosphate/potassium doit être maintenu autour de 100/15/1/1,
  •  l’injection d’oxygène peut provoquer le colmatage d’une partie des pores des sols,
  •  les émissions atmosphériques nécessitent parfois un traitement d’air (surcoût),
  •  les concentrations élevées en polluants peuvent être toxiques pour les microorganismes (HCT > 50 000 à 100 000 mg/kg),
  •  les concentrations élevées en métaux/métalloïdes sont incompatibles avec ce procédé,
  •  des températures faibles diminuent considérablement l’efficacité du traitement,
  •  la hauteur des tertres est généralement comprise entre 1 et 3 m au maximum, ce qui implique une surface au sol parfois conséquente,
  •  l'ajout d'agents structurants parfois, augmente le volume de matériaux à traiter.

Révision de la fiche

22/12/2013
Pied de page
Haut de page