Haut de page
Logo SelecDEPOL Logo de l'ADEME Logo du BRGM Outil interactif de pré-sélection des techniques de dépollution
Menu
Imprimer Version PDF
Recherche

Atténuation naturelle contrôlée

Visuel de la fiche
Général

Terme anglais : monitored natural attenuation

Mise en oeuvre : In situ

Nature : Méthode biologique

Polluants traités :

  • TPH lourd
  • TPH léger
  • SCOV
  • SCOHV
  • Explosifs et composés pyrotechniques
  • COV
  • COHV

Matrice :

  • Sol
  • Eau souterraine

Domaine d'application :

  • ZNS
  • ZS
Contenu

L'atténuation naturelle contrôlée présente les avantages suivants :

  • technique éprouvée ayant démontré des résultats extrêmement significatifs lorsque les conditions optimales sont réunies,
  • compétitivité en termes de coût par rapport aux techniques «actives»,
  • technologie de soutien non négligeable après un traitement actif (partiel) de la source de pollution et de l’impact,
  • applicabilité à de nombreux polluants,
  • application générant peu de perturbation de sols,
  • activité liée à la dépollution générant peu d’impact,
  • applicable sous des bâtiments et dans le cas de pollutions à de grandes profondeurs (plusieurs dizaines de mètres),
  • fiabilité lorsque les conditions sont réunies.

 

Ses inconvénients et ses facteurs limitants sont les suivants :

  • l’hétérogénéité des répartitions des polluants et l’hétérogénéité des perméabilités des sols interfèrent énormément sur l’efficacité du traitement,
  • la performance de cette technique est extrêmement variable suivant les conditions spécifiques du site.
  • les durées de traitement sont importantes,
  • les aspects sociopolitiques doivent être pris en considération le plus en amont possible,
  • l’information des différentes parties prenantes et la transparence doivent être une priorité,
  • certains polluants peuvent migrer avant qu’ils n’aient le temps d’être dégradés,
  • les sous-produits de dégradations générés peuvent être plus toxiques et plus mobiles que les molécules mères ; il conviendra de suivre avec attention les sous-produits de dégradation et notamment de vérifier leur toxicité avant tout développement d’un traitement ayant recours à la biodégradation,
  • de nombreuses molécules organiques ne peuvent pas être intégrées dans le processus d’atténuation naturelle contrôlée (composés récalcitrants ou conditions hydrogéochimiques non adaptées),
  • les concentrations élevées peuvent être toxiques pour les microorganismes,
  • le procédé nécessite un bon contrôle des mouvements des polluants dans les zones saturée et non saturée, cette technique requiert donc une surveillance de la qualité des milieux importants pendant traitement.
  • les concentrations élevées en métaux/métalloïdes sont incompatibles avec ce procédé,
  • l’atténuation naturelle nécessite un suivi analytique et une interprétation des résultats analytiques très importants,
  • une partie des usages des sols et/ou des eaux souterraines doit être « gelée » (et font l’objet de servitudes) tout au long du traitement,
  • les sols contenant de l’argile et un taux de matière organique élevé engendrent une grande adsorption des polluants sur la matrice solide, ce qui diminue les rendements épuratoires,
  • des températures faibles diminuent considérablement l’efficacité du traitement.

Révision de la fiche

22/12/2013
Pied de page
Haut de page